Catégories
Article

Cesse de te prendre la tête…

Certains en ont entendu parler, j’expérimente actuellement un tout nouvel aspect de ma sexualité : la maternité !

Dans ce contexte, j’aurais sans doute quelques pensées et connaissances fraîchement acquises à vous transmettre.

Commençons par un coup de gueule !

J’avais beaucoup de questions au moment où j’ai commencé à envisager d’arrêter ma contraception. Je ne voulais pas me lancer sans quelques connaissances de bases. Je ne suis pas du genre yolo et faire un enfant… bah pour moi ça se fait pas à la légère.

Je me suis inscrite sur un forum de mamans. Je me suis présentée, disant que j’avais des questions et que je pensais me lancer bientôt. Bien accueillie, on a promis de répondre a toutes mes questions. J’en ai posé quelques-unes, genre : Suivre la grossesse avec un gynéco, en maternité, avec une sage femme ? Certaines d’entre vous ont-elles accouché de façon naturelle? Où ?

Réponses : « Ouuuula tu te poses trop de questions, tu verras quand tu seras enceinte…  »

et le châtiment divin : “Si tu te poses trop de questions tu vas te bloquer et t’arrivera pas à tomber enceinte !”

J’ai bien tenté d’expliquer que je n’étais pas stressée mais curieuses et que je voulais bien me préparer au lieu de choisir en quelques semaines, assaillie par les nausées, la 1e maternité venue… ça n’a rien changé.

Frustrée, j’ai tenté de poser mes questions à mon généraliste : même refrain !

“Cesse donc de te prendre la tête, tu verras ça enceinte, sinon tu vas te bloquer !”

Têtue, j’ai donc compté sur internet, des amies et quelques bouquins. J’ai trouvé l’équipe idéale pour me suivre selon mes goûts et envies.

Quelque temps plus tard, armée de mes quelques connaissances, de mon carnet d’adresses et rassurée sur le chemin à suivre, j’ai fait enlever mon DIU. Consciente qu’a 30 ans tomber enceinte prends souvent 6mois/1 an.

Croyez-le ou non, mais la fille qui se prend le chou que je suis… a mis 15 jours, le temps d’ovuler, pour concevoir Mininous !
TyKayn est nommé “One punch Dad” !

Juste pour rire : quand je suis arrivée devant mon généraliste pour vérifier que j’étais enceinte par prise de sang, j’étais enceinte de moins de 3 semaines, le temps de m’en rendre compte et faire un test…
“OK, et tu sais où tu vas aller accoucher ? Faut te dépêcher de t’inscrire, les places sont rares dans certaines maternités !”
*Rire jaune…*

Tout ça pour dire : S’informer et se mettre la pression sont deux choses différentes. Alors ne laissez JAMAIS quelqu’un vous dire qu’il ne faut pas réfléchir, qu’il ne faut pas préparer un évènement aussi lourd de conséquence que la venue au monde d’un être vivant ! Hors de questions de se transformer en mollusques juste pour faire plaisir à un médecin. Gardez le contrôle sur votre corps, soyez à son écoute et faites vos choix en conséquence 🙂 !

Ne diffusez pas l’idée que vous serez punies si vous avez l’audace de vous comporter comme des créatures douées de raison !

Des bisous !

-texte: Wulfila, illu: Sauvane

Catégories
Article

4 mythes sur l’amour qui déchirent les relations humaines

«Est tu toujours aussi attiré par moi que lorsque nous avons commencé à sortir ensemble?» Ai-je demandé à mon mari tard au lit une nuit après ne pas avoir eu de relations sexuelles pendant quelques jours.

Nous avions tous deux été occupés, mais comme mon cerveau est toujours surchargé par des signes précurseurs de péril relationnel, l’enregistrement est le meilleur moyen de désamorcer mes névroses.

« Plus encore qu’au premier jour », dit-il en se tournant vers moi et en posant une main sur ma joue.

«Je suppose que nous avons encore six ans avant la crise des sept ans», dis-je en plaisantant à moitié.

Bien que je pense que cela soit un mythe… N’est-ce pas?

«Je ne sais pas si je crois à l’un de ces stéréotypes relationnels», a-t-il déclaré en m’embrassant.

« Mais je ne prévois jamais de manquer d’amour pour toi. »

Sauf que, malheureusement, il a tort à ce sujet.

Parce que nous – ainsi que tous les autres couples de la planète – allons définitivement vivre une pénurie d’amour. Selon la science, c’est juste la façon dont fonctionne l’amour.

Bien que le monde ait été nourri d’une infinité de contes de fées au sujet de la nature sans fin du romantisme, de nouvelles recherches réfutent l’idée que l’amour dure éternellement.

Au lieu de cela, comme l’explique la psychologue Barbara Fredrickson dans son livre Love 2.0: Comment notre émotion suprême affecte tout ce que nous ressentons, pensons, faisons et devenons, l’amour est beaucoup plus éphémère que les gens le pensent.

Cette destruction massive du mythe de la relation primaire (parce que, en fin de compte, nous vivons tous des va et viens de notre sentiment amoureux), J’ai pensé à d’autres erreurs romantiques prises pour acquis qui pourraient faire plus de mal que de bien.

Voici ce que j’ai découvert.

Mythe sur l’amour N° 1: Vous ne pouvez pas faire perdurer la période de la «lune de miel» des relations.

Oh, mais on peut.

En fait, une étude menée par le Dr Bianca Acevedo en 2010 a utilisé l’IRM fonctionnelle pour étudier des relations qui n’avaient jamais perdu l’étincelle initiale et a constaté que les scanners cérébraux des couples de longue durée imitaient ceux qui étaient nouvellement amoureux.

à une exception près. Ces couples spéciaux étaient débarrassés de l’anxiété et des pensées obsessionnelles qui apparaissent dans les scans des personnes nouvellement en relation.

«J’avais l’habitude de considérer mon premier mariage comme un désastre parce que c’était exactement la façon dont les choses allaient se passer», avouais-je à mon mari.

Alors que j’aurais pu travailler activement pour soutenir l’étincelle, comme je le fais avec toi. »

Cela signifie: j’ose avoir de grandes attentes.

L’autre jour, j’ai surpris mon mari comme il le fait si souvent en lui achetant un nouveau calendrier annuel et en y inscrivant une inscription: «J’ai hâte de vivre notre prochaine année ensemble».

Mythe sur l’amour N° 2: La jalousie montre à quel point la relation est importante pour la personne jalouse.

Vous pensez peut-être qu’un peu de jalousie est bon pour votre relation, mais ce n’est pas le cas.

Le monstre aux yeux verts se compose d’idées «fabriquées et terrifiantes» qui peuvent condamner une union heureuse à travers des combats et une micro-gestion inutiles.

Être jaloux mène à un désir de contrôler et le contrôle n’est pas l’amour.

C’est la mort.

J’étais tellement jalouse dans les relations passées et j’insistais en me justifiant sur le fait que cette émotion venait de l’amour.

Il découle en réalité de l’insécurité.

Maintenant, quand je ressens le souffle de la jalousie, je parle avec mon mari (calme et rationnel: «Voici ce que je ressens», par opposition à «tu ne m’aime plus!»).

Et il fait la même chose avec moi.

On croise une ex ? Aucun problème.

Tant que l’honnêteté est en jeu, vous pouvez travailler à avoir des expressions saines de l’amour qui ne sont pas seulement une peur déguisée.

La jalousie ne mérite pas notre amour.

Mythe N° 3: Les disputes concernent généralement l’argent ou la tromperie – des choses importantes.

En fait, on ne se dispute habituellement à propos de choses insignifiantes.

Oui.

Pensez à la dernière dispute que vous avez eu.

Pour moi et mon mari, il s’agissait de café.

Je voulais qu’il le fasse pour moi et il ne voulait pas être mon garçon de service pour le quatrième jour consécutif.

Mais à propos de quoi la dispute était elle vraiment?

Il s’agissait du récit que nous étions en train de créer – notre «Histoire de nous» – qui s’était temporairement corrompu en se concentrant sur les irritations plutôt que sur notre appréciation mutuelle.

Mythe N° 4: Les problèmes d’une relation peuvent et doivent être résolus – sans quoi vous êtes condamnés.

C’est plutôt l’inverse, en fait.

Le spécialiste des relations que je recommande par-dessus tout est le Dr John Gottman.

Si vous n’avez pas le temps de lire ses livres (mon préféré est Les sept principes pour faire marcher son mariage), recherchez son nom ainsi que les «mythes de l’amour» pour commencer à démystifier chacun de vos préjugés sur la notion de romance que nous croyons connaître. –

Il transgresse par erreur après erreur que beaucoup de gens se cramponnent en essayant de sauver ou d’améliorer leur union: «Si une relation a besoin d’une thérapie, il est déjà trop tard.» Faux.«C’est la compatibilité qui fait que les relations fonctionnent». Faux. « L’amour suffit. » Tellement faux.

 

Selon Gottman, le secret des relations saines consiste à apprendre à désamorcer les tensions.

Par exemple, mon mari sait que j’aime être touchée ou tenue quand on parle de choses stressantes.

Et je sais qu’il apprécie que la conversation continue jusqu’à ce que nous parvenions à une résolution, plutôt que de porter notre attention sur un sujet plus confortable.

Ne pas savoir comment être en désaccord et se battre de manière saine (c’est-à-dire gentille, empathique et compatissante) peut facilement conduire à ce que le Dr Gottman appelle les «quatre cavaliers» de l’apocalypse conjugale: critique, mépris, défensivité et mutisme.

Une fois que le réflexe «combat ou fuite» prend le dessus sur votre corps – pompage du cœur, augmentation de la pression artérielle – la plupart des gens n’ont par défaut pas beaucoup de contrôle sur ce qui se passe ensuite.

« Nous avons vu avec quelle rapidité les discussions s’effondrent dès que la fréquence cardiaque d’un époux commence à monter en flèche », explique Gottman.

« Apprendre à se calmer permet d’éviter les combats improductifs ou de fuir les discussions importantes que vous avez besoin d’accomplir. »

C’est pourquoi, en réponse à notre absence sexuelle de trois jours, je suis très heureuse de ne pas avoir dit à mon mari: «Vous êtes trop impliqué pour me donner suffisamment d’attention» (la critique) et «ça me dégoute» (le mépris) qui «je suis sûr que vous trouverez un moyen de me retourner» (la défensive), alors «je ne veux pas en parler» (mur de pierre, le mutisme).

Des disputes sans stress. Qui l’eût cru?

Traduit de l’anglais par Tykayn, source originale New York Magazine, 2016: http://nymag.com/thecut/2016/12/4-love-myths-that-are-hurting-your-relationship.html

Catégories
actualité Article

Journée contre les violences faites aux femmes.

Malheureusement, la situation n’a pas vraiment évolué depuis l’an dernier, alors prenons de nouveau le temps de parler de tout ça !

Il est très difficile d’avoir de véritables chiffres, mais on estime que chaque année, près de 300 000 femmes sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles.
Plus de 100 femmes meurent sous les coups d’un conjoint, chaque année. On estime que seul 12% des victimes portent plainte. Certaines victimes en parlent à des proches, mais plus du quart des violences sont probablement tenues sous silence total. Nous ne parlons même pas des violences verbales, psychologiques, économiques ou administratives…

Ces quelques chiffres ne font qu’effleurer l’étendue démesurée du problème.

Pour aller plus loin, je voudrais donner la parole à notre chère Amnaysia.
Elle nous livre le récit de sa vie sentimentale de jeune femme et les violences déjà trop nombreuses qu’elle a subit. Vous y découvrirez ce qu’est le vaginisme, ce qu’il est possible de faire pour s’en débarrasser et ce qu’il faut éviter à tout prix.
Nous espérons qu’à la lecture de cet article, certaines se sentiront moins seules. Que vous vous sentirez plus légitimes, pour oser en parler ! Que vous aurez la force de rejeter les personnes qui vous font du mal et que vous arriverez à vous relever de ces situations délicates.

Voici son article !

Il est temps de prendre conscience de l’ampleur de ce phénomène… Nous avons presque toutes connu des violences diverses. Qui que vous soyez, ne baissez jamais les bras. Dites vous bien qu’autour de vous, il y a forcement une femme qui en est la victime. Alors luttons tous et toutes contre la violence quotidienne, notamment celle qui infligée aux femmes dans des proportions plus qu’alarmantes !

page_5_1

Plein de bisous !
– Wulfila.

PS :
Un gros récap avec plein de sources citées à la fin ! 
Victimes, appelez le 3919 !

Catégories
Article Illustration

Comment devenir un bon coup

bonCoup_1

Précédemment, nous parlions de femmes découvrant leur clitoris.
Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de l’exploration du corps de l’autre.

Chaque être humain est différent. Certains hommes vont aimer qu’on caresse, voir malaxe leurs testicules, là ou d’autres ne supporteront pas un effleurement. Certaines femmes vont kiffer un cunni avec un piercing à la langue, quand cela fera mal à d’autres…
Rapide, lent, plus ou moins fort, de haut en bas, en rond, en long, large et travers? Un peu de douleur, ou plein de douceur?

Qu’il s’agisse d’embrasser une bouche ou un sexe, autant que de caresses et massages, il y a quelques bases simples, et après, le reste doit être réappris à chaque nouveau partenaire.

A mes yeux, un bon coup, c’est celui ou celle qui va savoir t’écouter quand tu vas lui dire ce que tu aimes ou pas, et qui sauras aussi te guider vers son plaisir. Un peu d’audace et d’inventivité, mais surtout de la curiosité et de l’écoute. Voilà les qualités de mon partenaire sexuel idéal.

bonCoup_2

Par le passé, il m’est arrivé de fréquenter plusieurs jeunes hommes puceaux, ou peu expérimentés. Patiente de nature, j’ai trouvé agréable de leur expliquer où et comment toucher tel ou tel endroit, et les inciter à découvrir le reste. Dès qu’un partenaire montre un peu de bonne volonté, les progrès sont très rapides !

Tout ça pour dire : Ne bloquez pas si votre premier essai avec cette nouvelle conquête n’est pas fantasmagorique. Prenez le temps d’expliquer comment vous fonctionnez. Ne restez pas non plus sur vos acquis et remettez vous régulièrement en question ! C’est comme ça que vous apprendrez un maximum de nouvelles techniques plaisantes !

Y a pu qu’à ! 😉

bonCoup_3

illustrations : Zopiak, Texte: Wulfila

Catégories
Article Illustration

L’amour ne suffit pas

l'amour ne suffit pas
l’amour ne suffit pas

illustration par Amnaysia

3 juillet 2014 texte original par Mark Manson,, traduit par TyKayn.

En Janvier 1967, John Lennon écrit une chanson appelée « All You Need is Love. » Il a également battu ses deux épouses, abandonné l’ un de ses enfants, agressé verbalement son manager juif gay avec des insultes homophobes et antisémites, et demandé une fois à une équipe de tournage de le filmer couché nu dans son lit pendant une journée entière.
Trente-cinq ans plus tard, Trent Reznor de Nine Inch Nails a écrit une chanson appelée « Love is Not Enough. » Reznor, en dépit d’être célèbre pour ses spectacles choquants ainsi que ses vidéos grotesques et inquiétantes, s’est débarrassé de ses addictions aux drogues et à l’alcool, s’est marié à une femme, a eu deux enfants avec elle, puis a annulé ses albums et l’intégralité de ses tournées pour pouvoir rester à la maison afin d’être un bon mari et un bon père.

L’un de ces deux hommes avait une compréhension claire et réaliste de l’amour. L’un d’eux ne l’avait pas. Un de ces hommes idéalisait l’amour comme la solution à tous ses problèmes. L’un d’eux ne l’idéalisait pas. L’un de ces hommes était probablement un connard narcissique. L’un d’eux ne l’était pas.

Dans notre culture, beaucoup d’entre nous idéalisent l’amour. Nous voyons cela comme une certaine panacée pour tous les problèmes de la vie. Nos films, nos histoires et notre histoire personnelle le célèbrent tous comme but ultime de la vie, la solution finale pour l’ ensemble de nos douleurs et de nos combats. Et parce que nous idéalisons l’amour, nous le surestimons. En conséquence, nos relations en paient le prix.

Lorsque nous croyons que «tous ce dont nous avons besoin est l’amour», comme le disait Lennon, nous sommes plus susceptibles d’ignorer les valeurs fondamentales que sont le respect, l’humilité et l’engagement envers les personnes dont nous nous soucions. Après tout, si l’ amour résout tout, alors pourquoi se préoccuper de toutes les autres choses – tous les trucs difficiles?

Mais si, comme Reznor, nous croyons que « l’ amour ne suffit pas, » alors nous comprenons que des relations saines ont besoin de plus que de l’ émotion pure ou des passions nobles. Nous comprenons qu’il y a des choses plus importantes dans nos vies et nos relations que d’être simplement amoureux. Et le succès de nos relations repose sur ces valeurs plus profondes et plus importantes.

TROIS DURES VÉRITÉS SUR L’AMOUR

Le problème avec l’idéalisation de l’amour est qu’il nous amène à développer des attentes irréalistes quant à ce que l’amour est réellement et ce qu’il peut faire pour nous. Ces attentes irréalistes sabotent alors les relations qui nous sont chères.
Permettez-moi d’illustrer:

1. Amour ne signifie pas compatibilité. Tomber amoureux avec quelqu’un ne veut pas dire qu’ils soit nécessairement un bon partenaire pour vous sur le long terme. L’ amour est un processus émotionnel, la compatibilité est un processus logique. Et les deux ne se mélangent pas spontanément l’un dans l’autre.
Il est possible de tomber amoureux avec quelqu’un qui ne nous traite pas bien, qui nous fait sentir mal au fond de nous-mêmes, qui ne détient pas le même respect pour nous que nous leur donnons, ou qui a vie si perturbée qu’ils menacent de nous entraîner avec eux au fond du gouffre.

Il est possible de tomber amoureux avec quelqu’un qui a des ambitions ou des objectifs de vie qui sont en contradiction avec la nôtre, qui détient des croyances différentes ou des visions du monde qui vont à l’encontre de notre propre sens de la réalité philosophique.

Il est possible de tomber amoureux avec quelqu’un qui soit néfaste pour nous et notre bonheur.
Cela peut sembler paradoxal, mais c’est vrai.

Quand je pense à toutes les relations désastreuses que j’ai vu ou celles que les gens m’ont rapporté par e-mail, beaucoup (la grande majorité) d’entre eux se sont lancés dedans sur la base de l’émotion – ils ont estimé qu’ils avaient ressenti «l’étincelle» et ont plongé dans cette relation tête la première. En oubliant qu’il était un chrétien survivant de son alcoolisme et qu’elle était un nécrophile bisexuelle qui vient de lâcher l’acide. Ils le sentaient juste bien.

Et puis six mois plus tard, quand elle jette son shit sur la pelouse et qu’il prie Jésus douze fois par jour pour son salut, ils regardent autour et se demandent, « Eh, où est ce qu’on a merdé? »

La vérité, c’est que ça a merdé avant même d’ avoir commencé.

Lorsque vous faites des rencontres et la recherche d’un partenaire, vous devez utiliser non seulement votre cœur, mais aussi votre raison.

Oui, vous voulez trouver quelqu’un qui vous fait battre le coeur la chamade, qui vous fasse croire que vos pets sentent les pétales de cerise. Mais vous devez également évaluer les valeurs d’une personne, la façon dont ils se traitent eux-mêmes, comment ils traitent leurs proches, leurs ambitions et leurs visions du monde en général.
Parce que si vous tombez amoureux avec quelqu’un qui est incompatible avec vous… eh bien, comme le moniteur de ski de South Park l’a dit, “vous allez passer un mauvais moment.”

2. L’ amour ne résout pas vos problèmes relationnels. Ma première petite amie et moi étions follement amoureux de l’autre. Nous avons également vécu dans différentes villes, n’ayant pas eu l’argent pour voir l’autre, avec des familles qui s’entre haïssaient, et avons traversé des épisodes hebdomadaires de drames existentiels et de disputes.

Et chaque fois que nous nous sommes disputés, nous souhaitions revenir vers l’autre le lendemain, avec maquillage, on ne manquait pas de se rappeler ensemble comme nous étions fous l’un de l’autre et qu’aucun de ces petites choses n’avait d’importance parce que nous étions siiiiiiiiii HOMONDIEU amoureux que nous allions forcément “trouver moyen de travailler sur nous même et tout sera parfait”, il suffisait d’attendre et de voir.

Notre amour nous a fait nous sentir comme si nous étions en train de surmonter nos problèmes, alors que sur un plan pratique, absolument rien n’avait changé.
Comme vous pouvez l’imaginer, aucun de nos problèmes n’a été résolu. Les disputes se sont répétées. Les affrontements ont empiré. Notre incapacité à jamais se voir lorsque nous le souhaitions nous étouffait. Nous étions tous les deux préoccupés au point où nous ne pouvions même pas communiquer cela efficacement. Des heures et des heures à parler au téléphone pour ne rien dire en réalité. En regardant en arrière, il n’y avait aucun espoir que cela dure. Pourtant , nous sommes restés ensemble pendant trois putain d’années!
Après tout, l’amour conquiert tout, non?
Sans surprise, cette relation a pris feu et s’est écrasée comme le Hindenburg aspergé au kérozène.

le désastre du Hindenburg

La rupture était laide. Et la grande leçon que je pris alors était la suivante: tandis que l’ amour peut vous faire vous sentir mieux à propos de vos problèmes relationnels, cela ne résoudra jamais aucun de vos problèmes relationnels.

Les montagnes russes émotionnelles peut être toxiques, chaque sentiment élevé étant encore plus important et plus valide que le précédent, mais à moins qu’il y ait une base stable et solide sous vos pieds, la marrée haute de l’émotion finira par laver et emporter ce bien être au loin.

3. L’ amour ne vaut pas toujours la peine de vous sacrifier. L’ une des caractéristiques déterminantes pour aimer quelqu’un est que vous êtes capable de penser en dehors de vous-même et de vos propres besoins pour vous soucier d’une autre personne aussi bien que de leurs besoins.

Mais la question qui n’est pas posée assez souvent est qu’est-ce exactement ce que vous sacrifiez, et est ce que cela en vaut la peine?

Dans les relations amoureuses, il est normal pour les deux personnes de sacrifier parfois leurs propres désirs, leurs propres besoins, et leur temps pour l’autre. Je dirais que cela est normal, sain et compose une grande partie de ce qui rend une relation si géniale.
Mais quand on en vient à sacrifier son amour-propre, sa dignité, son intégrité physique, ses ambitions et le but de sa vie, juste pour être avec quelqu’un, alors ce même amour devient problématique. Une relation amoureuse est censée compléter notre identité individuelle, et non pas l’ endommager ou la remplacer.

Si nous nous trouvons dans des situations où nous devons tolérer un comportement irrespectueux ou abusif, alors voici ce que nous faisons: nous permettons à notre amour de nous consommer et de nous nier, et si nous ne faisons pas attention, nous n’en sortirons que comme une coquille vide de la personne que nous étions autrefois.

LE TEST DE L’AMITIÉ

Un des plus anciens conseils concernant les relations est, «Vous et votre partenaire doit être les meilleurs amis qui soient. » La plupart des gens regardent ce conseil dans le positif: je devrais passer du temps avec mon partenaire comme je le fais mon meilleur ami; Je devrais communiquer ouvertement avec mon partenaire comme je le fais avec mon meilleur ami; Je devrais passer du bon temps avec mon partenaire comme je le fais avec mon meilleur ami.
Mais les gens devraient aussi regarder dans le négatif: Voudriez-vous tolérer les comportements négatifs de votre partenaire si ce n’était pas lui/elle mais votre meilleur ami qui agissait ainsi?
Étonnamment, lorsque nous nous posons cette question honnêtement, dans la plupart des relations insalubres et codépendantes, la réponse est «non».

Je connais une jeune femme qui venait de se marier. Elle était follement amoureuse de son mari. Et malgré le fait qu’il avait été « entre les emplois » pendant plus d’un an, ne présentaient aucun intérêt pour la planification du mariage, qu’il l’abandonnait souvent pour prendre des voyages de surf avec ses amis, que ses amis et sa famille ont fait part de leurs réserves de façon pas bien subtile à son propos, elle s’est malgré tout joyeusement mariée avec lui.

Mais une fois que la forte émotion du mariage se dissipa, la réalité s’est installée. Un an après leur mariage, il est toujours « entre deux emplois, » il change la maison en maison en poubelle pendant qu’elle est au travail, se met en colère si elle ne cuisine pas le dîner pour lui, et à chaque fois qu’elle se plaint, il lui dit qu’elle est « gâtée » et « arrogante. » Oh, et ​​il la laisse toujours seule pour faire des voyages de surf avec ses amis.
Et elle est dans cette situation, car elle a ignoré les trois dures vérités ci-dessus. Elle a idéalisé l’amour. En dépit d’être giflé au visage par tous les drapeaux rouges qu’il a soulevées tout en sortant avec lui, elle a cru que leur amour était un signe de la compatibilité de la relation. Il ne l’a pas été.
Quand ses amis et sa famille ont soulevé des préoccupations qui ont précédé le mariage, elle a cru que leur amour résoudrait leurs problèmes par la suite. Il ne l’a pas fait.
Et maintenant que tout a sombré dans un tas de merde fumant, elle a approché ses amis pour des conseils sur la façon dont elle pourrait sacrifier elle-même encore plus pour que ça marche.

Et la vérité est, que ça ne marchera pas.

Pourquoi tolérons nous un comportement dans nos relations amoureuses que jamais au grand jamais, jamais nous ne tolérerions dans nos amitiés?

Imaginez si votre meilleur ami emménageait avec vous, saccageait votre espace, refusait d’obtenir un emploi ou de payer le loyer, exigeait que vous prépariez le dîner pour lui, et se mettait en colère et criait à tout moment, vous réagiriez. Cette amitié serait finie plus rapidement que la carrière d’actrice de Paris Hilton.

Ou une autre situation: la petite amie d’un homme qui était si jalouse qu’elle exigeait des mots de passe à tous ses comptes et a insistait pour l’accompagner dans ses voyages d’affaires pour s’assurer qu’il ne serait pas été tenté par d’ autres femmes. Sa vie était littéralement sous surveillance 24/7 et on pouvait sentir cela peser sur son moral. Son estime de soi a chuté à zéro. Elle n’a pas confiance en lui pour faire quoi que ce soit. Il a donc cessé de se faire confiance pour faire quoi que ce soit.

Pourtant, il reste avec elle! Pourquoi? Parce qu’il est amoureux!

Rappelez – vous ceci: La seule façon que vous puissiez profiter pleinement de l’amour est de choisir de faire en sorte qu’une autre chose soit plus importante dans votre vie que l’ amour.
Vous pouvez tomber amoureux avec une grande variété de personnes tout au long de votre vie. Vous pouvez tomber amoureux avec des gens qui sont bons pour vous et les gens qui sont mauvais pour vous. Vous pouvez tomber amoureux de façon saine et de façon malsaine. Vous pouvez tomber amoureux quand vous êtes jeune et quand vous êtes vieux. L’amour n’est pas unique. L’amour n’est pas spécial. L’amour n’est pas rare.

Mais le respect de soi l’est. Ainsi que votre dignité. Ainsi que votre capacité à faire confiance.

Il y aura potentiellement beaucoup d’amoures tout au long de votre vie, mais une fois que vous perdez votre confiance en vous, votre dignité ou votre capacité à faire confiance, ils sont très difficiles à récupérer.

L’amour est une expérience merveilleuse. Il est l’une des plus grandes expériences que la vie a à offrir. Et il est quelque chose que chacun devrait aspirer à ressentir et apprécier.

Mais comme toute autre expérience, il peut être sain ou malsain. Comme toute autre expérience, on ne peut l’autoriser à nous définir, à définir notre identité, ou notre but dans la vie. Nous ne pouvons pas laisser cela nous consumer. Nous ne pouvons pas sacrifier notre identité et notre estime de soi sur son autel. Parce qu’au moment où nous faisons cela, nous perdons l’amour et nous nous perdons nous-mêmes.

Parce que vous avez besoin de plus de choses dans la vie que l’amour. L’amour est grand. L’amour est nécessaire. L’amour est beau. Mais l’amour ne suffit pas.


 

Texte original du site « pourquoi toutes mes relations intimes craignent? » par Mark Manson, traduit par TyKayn avec amour pour Qzine.fr

Catégories
Article Illustration

à la découverte du clitoris

ll y a quelques années j’entendais sur Arte dans le documentaire « le clitoris ce cher inconnu » que la plupart des femmes entre 20 et 25 ans ne savaient pas situer leur clitoris, beaucoup croyaient que c’était la partie de leur sexe qui leur permettait d’uriner et ignoraient tout de son rôle dans le plaisir sexuel féminin.Découverte de clitoris dans un bain par Amneysia

Le mois de mai a été déclaré mois de la masturbation en 2012, on serait donc en droit de croire que c’est un phénomène bien connu. Et pourtant. Non seulement la masturbation reste un sujet tabou bien davantage chez les femmes que chez les hommes. Et nombreuses sont celles qui témoignent « galérer à atteindre l’orgasme, même en faisant tout soi même », quand elles ne témoignent tout simplement pas qu’elles ne l’ont jamais connu. Sachez donc, que si vous parvenez à jouir avec un vibro, vous faites partie d’une majorité presque aussi grande que celle des femmes ne parvenant pas à jouir. Si vous pouvez jouir avec uniquement vos doigts en moins de cinq minutes, vous représentez une minorité de femmes (au pifomètre), et la grande majorité des hommes.

Les sondages qzine quel branleur êtes vous ?  et masturbation et sextoys (avec des échantillons de personnes non sélectionnés) indiquent pour les personnes ayant répondu, que la masturbation fait partie de leur quotidien. La majorité des fréquences de masturbation se situant entre deux fois par jour et un jour sur deux. Il reste plus facile pour tout le monde d’aborder le sujet entre amis comparé à des discussions entre membres de la famille.

Il reste difficile d’objectivement dire pourquoi le plaisir est plus dur à obtenir chez un genre qu’un autre, (des organes plus faciles à manipuler? un tabou plus fort? des représentations dans les livres aussi absentes que les cunnilingus? la menace d’être vue comme une mauvaise fille? ) cependant on remarque que la non information relative au clitoris est omniprésente aussi bien chez les femmes que chez les hommes. On remarque aussi que les orgasmes s’obtiennent quand on apprend à cesser de donner uniquement la parole à ses angoisses, d’être obsédé de quoi à l’air ce qu’on est en train de faire à chaque seconde, pour enfin écouter son corps, ressentir l’effet que nous fait une caresse sur telle ou telle partie, laisser aller librement ses pensées, ses envies, se détendre, laisser parler notre corps, l’écouter et comprendre qu’il n’y a aucun mal à se faire du bien. Et il n’y a aucun mal non plus à le faire en couple, ou avec du lubrifiant, des jouets, le tout à la fois. Il suffit d’être entre gens consentants, et avec soi même il est toujours plus facile de négocier et comprendre les besoins de l’interlocuteur 😀

Le mental joue énormément dans l’appropriation du plaisir, on peut dire que le plus gros organe sexuel c’est le cerveau.

Certains confondent vulve et vagin, donc pour info, vulve c’est la partie avec des lèvres, à l’extérieur, et donc, la partie vagin c’est tout ce qui constitue l’intérieur. Et pour les filles qui jouissent aussi de la sodomie on a même pas droit à participer au débat? Parce que bon, c’est à dire que l’anus contient de nombreuses terminaisons nerveuses (tout comme bien d’autres organes), faites pour ressentir plein de choses, quel que soit votre genre. Et pour celles qui jouissent de plusieurs endroits et qui n’ont pas de préférence? En fait si.

schéma de clitoris

Ce que l’on voit du clitoris n’est que son gland, caché sous son capuchon. à moins qu’on s’appelle Jack l’éventreur et qu’on découpe des gens. Comme le montre le schéma ci contre, le clitoris englobe le vagin et se cache derrière les grandes et petites lèvres, il entoure également le vagin. Donc, si vous ressentez des choses pendant la pénétration vaginale il s’agira aussi du clitoris.

Ce qu’on appelle le point G est une découverte revendiquée par le médecin sexoLOLgue Gräfenberg (inventeur du stérilet) qu’il décrit en 1950 comme un point magique dans le vagin qui fait orgasmer quand on le tripote gentiment. Visiblement il n’avait pas suivi ses cours de géométrie. Il ne s’agit pas du tout d’un point qui est, rappelons le non pas une petite partie ni une toute petite tache, mais un cercle de diamètre nul. Bien. Il s’agit d’une zone qui est en fait un endroit où le clitoris interne est plus sensible, à 2 ou 3 cm de l’entrée du vagin, côté plafond. C’est une zone légèrement plus rugueuse que le reste des parois. Avec l’excitation, cette partie gonfle comme le reste des tissus érectiles du clitoris.

Enfin, au delà du débat stérile « suis je clitoridienne ou vaginale ? », c’est toujours une bonne chose de savoir indiquer à l’autre ce dont on aurait envie, là maintenant.

Hé! Dans 3 minutes jpense que je serai vaginale si tu me donnes un coup de main!” serait excellent début.

à tâtons, la découverte du clitoris

La masturbation est une des choses les plus naturelles chez l’être humain. Beaucoup de gens en ont une mauvaise image, mais il a été prouvé que c’est bon pour le corps, que ça peut augmenter la confiance en soi et nous libérer du stress. Seul ou avec un partenaire, il existe de nombreuses façons de se masturber, juste avec votre main (ou celle de votre partenaire) ou avec des jouets (peut être en se frottant contre un objet?) tant que vous ne vous faites pas mal vous pouvez vous amuser!
-Salavin, traduction par TyKayn

On vous conseille de voir: Le clitoris ce cher inconnu, documentaire qui peut choquer si vous pensiez que seul le vagin donnait droit à l’orgasme, ou si vous croyez que les femmes connaissent bien leur corps, ou si vous pensez que les femmes ont moins d’envie de plaisir sexuel que les hommes.

Première diffusion sur ARTE, le 16 Janvier 2004
à 22h15, dans le cadre d’une THEMA : Le sexe
des femmes

 

mamie pantoufle vous parle du point G
(mamie pantoufle par Milk)
Heureusement que mamie pantoufle est là pour rétablir la vérité!

Catégories
Article Illustration

Le mythe du prince charmant

La princesses barbare
la princesse et ses sexy boys, par Lys Argente

Ce mythe fait croire aux jeunes filles qu’elles sont issues d’une noble famille et que parce qu’elles ont un utérus, il leur suffira d’attendre en n’en branlant pas une pour qu’un jour un beau gars sorte de nulle part et leur offre une vie merveilleuse, parce que bon faut pas déconner ce sont des princesses et tout leur est dû.

De même pour le prince, qui a eu l’immense chance d’être né avec un pénis ce qui lui confère le droit d’avoir toutes les biatches à son cou, parce que bon faut pas déconner, comme dirait Stéphane Bern, ce sont des princes.

Ce mythe ne fait de bien à personne.

Fort heureusement, nous sommes tout à fait capables de différencer les contes, le cinéma et la réalité.

Si quelqu’un qui vous soutient que faire la différence entre les deux est impossible pour “les jeunes”, demandez-lui si quand il ou elle était plus jeune il ne la voyait pas non plus, la différence.

Juvenoia: (2010) Mot-valise inventé par David Finkelhor à partir de juvenile (« juvénile ») et paranoia (« paranoïa »). La peur ou hostilité ressentie par une génération à l’encontre d’une plus jeune génération ou envers la culture jeune en général.

“non, bien sûr que non, parce que moi j’suis moins con que les autres / mes parents sont mieux que les autres et m’ont appris a faire la différence” mais pour une raison inconnue, ou par l’éternel “c’était mieux avant” cette lucidité ne peut être perçue par le commun des mortels d’aujourd’hui. Son raisonnement fondé sur une vague impression à base de « c’était mieux avant », faite de juvénoïa, s’effondrera en mille morceaux tel le prince charmant qui se casse la gueule de son cheval en loupant son créneau, aspergeant de gadoue la princesse. Mais avec classe et dignité, parce que faut pas déconner, ce sont des princes.

Texte : tykayn

Illustration: Lys Argente

 

Catégories
Article Illustration

La sodomie au masculin

sodomie au masculin par HadH

et pourquoi pas ?

Quelle frustration de penser que les êtres dotés de prostates et d’un second orgasme, sont si peu nombreux à en tirer partie. Halte aux idées reçues.

Il n’y a aucun lien entre l’orientation sexuelle et le plaisir anal. Outre le fait que ce n’est pas une tare, pourquoi est-ce que la sodomie vous ferait aimer le poil dru et les divers attributs masculin ? Il ne s’agit là que de mettre à profit un organe de plaisir que vous délaissez depuis bien trop longtemps.

Ça ne veut pas non plus nécessairement dire se faire prendre à quatre pattes comme un chien. Cela peut très bien se faire en douceur et dans le respect de votre masculinité, si, si.

Pour ceux qui ont peur d’avoir mal, sachez qu’il suffit d’y aller petit à petit. D’abord avec les doigts par exemple (rôh c’est rikiki un doigt, pis si ça passe dans un sens, ça passe dans l’autre aussi m’voyez) Ensuite il y a bon nombre de formes et de tailles de plugs et toys spécialement conçus pour stimuler la prostate. Quant aux godes ceintures, ils sont souvent fins et courts. Un peu de lubrifiant et ça passe tout seul !

Les hommes que je connais ayant essayé ce genre de pratique m’ont unanimement assuré avoir redécouvert l’orgasme grâce à leur prostate. Rien que ça, ça donne envie de faire un essai, non ?
De plus, cela vous permettra de découvrir l’autre face de l’amour à deux : là où le coït restait pour vous quelque chose d’externe, vous découvrirez ce que ça fait d’être de l’autre côté.

Toutes ne voudront pas s’y essayer et on ne peut leur en tenir rigueur, cependant beaucoup de femmes rêvent (plus ou moins secrètement) d’essayer ce genre d’expérience. Donner le maximum de plaisir à son partenaire est souvent au moins aussi satisfaisant que d’en recevoir soi même ! Et puis cela leur permettra de mieux vous comprendre vous aussi, et de ramener une source de complicité et d’excitation supplémentaire au sein de votre couple.

Bien entendu, personne ne vous oblige, et si ça ne vous tente pas, aucun des deux partenaires ne doit se forcer. Mais prenez le temps de vous demander pourquoi vous n’avez pas essayé. Il est serait dommage de se refuser un tel plaisir à cause de simples à priori. Et comme on dit : on ne peut pas dire qu’on aime pas si on a jamais goûté !

-HadH

illustration: HadH

Catégories
Article

La légende de Victor Noir

Yvan Salmon, dit Victor Noir, était un journaliste français. Il a été tué par le prince Pierre Bonaparte, cousin de Napoléon III, en 1870, à l’âge de 22 ans alors qu’il était témoin d’un duel. Dès lors, il devient le symbole de la lutte pour la liberté, contre l’Empire. Sa tombe se trouve au cimetière du Père Lachaise, à Paris.
Ou plus précisément, son gisant… Une statue de bronze réalisée par Jules Dalou.

VictorNoir2

Pourquoi s’attarder sur cela?
Et bien parce que le sculpteur a doté ce bon Victor d’une généreuse virilité, élégamment moulée dans son pantalon!

Plus curieux encore : une légende s’est forgée peu à peu autour de ce gisant si bien pourvu.
On voit clairement que son entrejambe et sa bouche sont débarrassés des traces de vert-de-gris, lustrés par les frottements.

VictorNoir1

Catégories
Article

Amoureuses des chevaux

Ruru-Licorne

L’équitation est aujourd’hui reconnue comme un sport essentiellement féminin, et à l’origine de cette évolution: le passage de la monte amazone, avec les deux jambes du même côté, à la monte à califourchon, une jambe de chaque côté! Ce qui dans le kamasutra ne se nomme pas amazone, comme beaucoup le pensent, mais andromaque.

Cette transition entre les deux ne s’est pas faite sans controverse; car si la monte en amazone n’a jamais dans aucune société concerné les hommes, la monte à califourchon a toujours concerné les deux sexes, même si, bien vite l’amazone s’impose pour les femmes…

Bien que moins rationnelle et efficace pour contrôler le cheval, la monte en amazone est alors considérée comme plus convenable pour les femmes: dès l’antiquité elle prédomine sur la monte à califourchon, monte qui ne sera plus permise au sexe féminin à partir du Moyen-âge. Cette obligation ne viendra pas d’une praticité de la femme de monter en jupe mais bel et bien de l’idée de la préserver d’ouvrir les cuisses!

Ruru-droite

La réputation sulfureuse de l’équitation dicte qu’elle pousse au stupre, le mouvement de l’étalon échauffant les parties basses et poussant à la luxure. Ce rapprochement entre l’activité sexuelle et la monte à califourchon s’expliquant tout simplement par la position de celle ci. En effet, pour ressentir le cheval il faut relâcher les muscles abducteurs “gardiens de la virginité” et s’offrir au contact de l’animal, cette position prenant un sens très intime chez la femme, au vu des parties de son anatomie qu’elle sollicite. En revanche, la monte en amazone permet aux femmes de ne pas être titillées par les mouvements de leur monture et cela évitant tout contact fusionnel, empêche à la cavalière de s’offrir à son cheval.