Catégories
Article Illustration

La bisexualité !

Kogane-bisexualité_yuri

Illustration : Kogane chan


Cette fille
Avant, j’aurais dit sans aucune hésitation que je suis hétérosexuelle.
Avant.

Aujourd’hui, j’ai rencontré cette fille.
C’est bête, je ne me souviens même pas de son visage. Tout ce que je sais c’est qu’elle m’a tout de suite fait de l’effet, et sans que j’aie le temps de comprendre comment c’est arrivé je me retrouve là, quelque part, sur elle, en elle. La tête tout en bas de son ventre. J’embrasse son aine et je sens son frisson.

Je ne cesse de descendre, tout en caressant l’intérieur d’une cuisse. Sa peau est très douce. Tout ce que j’aperçois maintenant, c’est son sexe, qu’elle m’a offert, dans l’écrin de ses jambes écartées. J’ai peur. Un peu. Mais je ne peux m’empêcher de commencer à poser mes lèvres sur les siennes. Elle sont brûlantes. J’avais déjà senti mon propre goût, mais le sien me surprends d’un coup. Son odeur également, proche de la mienne et si différente. Ça me… ça me plaît !

Mon coeur tambourine. J’ai commencé à jouer sur ses petites lèvres avec mes doigts et ma langue. J’ai l’impression de lui dire bonjour, de me présenter et de demander l’autorisation d’aller plus avant. Son soupir me libère de mon hésitation.

Je sens son clitoris qui roule sous mes lentes pressions. Un léger gémissement. J’ajoute un deuxième doigt et entre plus loin dans son vagin. Avec mon autre main j’aimerais caresser son ventre, ses fesses, mais j’ai besoin de mon appui. Je devrais trouver une position plus confortable et surtout, j’aimerais voir son visage. Mais je n’ose pas lever les yeux, ni bouger.

Sa jambe viens de tressauter, j’espère que je ne lui ai pas fais mal…
Vu la rapidité de sa respiration, ça a l’air d’aller pour elle. Je continue. Petit à petit la petite boule durcit. Sa vulve est désormais décorée un camaïeu de roses et de rouges plus vifs. J’accélère. C’est étrange cette sensation de familiarité, et d’inconnu. C’est grisant.

Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là. Entre ma salive et sa cyprine, ma main est trempée. Tiens? Les draps aussi… Ce n’est pas plus mal, au moins je glisse aisément en elle à chaque aller retour. Je surveille ses sursauts, ses frissons, sa respiration. Je sens son pouls contre mes doigts. J’explore, je joue, je me sens bien à cet endroit. Je suis extrêmement excitée…
Finalement, je la sens s’agiter. Je ne peux pas regarder son plaisir, mais je le ressens. Je l’entends aussi, ses gémissements se font plus forts. Elle se contracte et se cambre, je suis ses ondulations avant de ralentir, appuyant à peine pour faire durer son orgasme le plus longtemps possible.

Soudain, j’ai comme une nausée. J’ai l’impression de tomber, mais vers le haut ? Je disparais. Je suis excitée. Terriblement. Je suis allongée dans mon lit, seule, mes sous-vêtements trempés et ma main sèche. Je ne peux pas m’empêcher d’empoigner mon vibromasseur, et de jouir, très fort, presque instantanément.

Je me sens toute cotonneuse, abasourdie, entortillée dans mes draps, les cheveux en bataille.

Je ne me souviens pas de son visage…

Texte Wulfila

 Plus sérieusement…
Les bisexuels sont mal vus pas les homophobes, mais il souffrent aussi d’une mauvaise image auprès de certains homosexuels…
Souvent incompris, catégorisés opportunistes, infidèles, et polygames.
Or les bi ne sont pas des personnes qui ne savent pas choisir, il s’agit d’une orientation sexuelle à part entière, proche de la pansexualité.
Ils ont une attirance sentimentale ou sexuelle pour des personnes des deux sexes. Avec ou sans préférence pour l’un ou l’autre selon les cas. Ces préférences peuvent évoluer au fil des années.

Du coup, la vie sentimentale et sexuelle d’un bi peut être plus ou moins sage ou débridée, selon la personnalité du sujet, au même titre qu’un hétéro ou un homo.

Laissez tomber les idées reçues, prenez donc le temps de découvrir l’individualité de la prochaine personne bi que vous croiserez 🙂 ! Vous trouverez peut être un partenaire stable et ouvert d’esprit, à mille lieux de ce que vous imaginiez !

Bonne Journée internationale de la bisexualité !
Que la tolérance soit avec vous !

Wulfila

Catégories
Article

La séduction dans le couple


“Haaaaaan ! Mais alors on nous ment quand on nous dit qu’il faut faire ceci et cela et que tout va s’arranger et qu’il y a pleins de solutions et que le dialogue est primordial et qu’une fois qu’on aura tout bien fait comme c’est raconté dans Cosmo on niquera heureux jusqu’à la fin des temps et plus jamais on se disputera ? Hein, dis, on nous ment ?

Oui. On nous ment GRAVE.
Ne pleure pas, quand même.

Ne pas avoir envie de faire l’amour n’est pas forcément une pathologie conjugale nécessitant une cure immédiate.”
LaPeste sur acontrario.net

Si certains voient dans le couple un moyen d’expérimenter la relation à l’autre brièvement, d’autres voient dans le couple l’espoir d’une vie bâtie à deux sur le long terme. Bien entendu, ce n’est pas parce qu’on essaye de faire durer une relation que l’on va nécessairement y arriver… Il y a de très nombreuses raison qui provoquent une rupture. L’une de ces raisons, est la disparition progressive de la séduction au sein du couple. Car lorsqu’on évoque la notion de séduction, la première chose qui vient généralement à l’esprit est ce qui se passe avant et pour la formation du couple. Mais non seulement la séduction est partout, sans avoir obligatoirement une dimension sensuelle, mais surtout, on ne doit pas oublier qu’elle devrait rester présente une fois qu’un couple est formé.

Catégories
Non classé

Ohé, moussaillon !

Aujourd’hui, nous te souhaitons une bonne Journée Internationale du Langage Pirate !

TK-Pirate

Illu : TyKayn

Roulis

Le vent s’était enfin levé. Après quatre jours de calme plat, les voiles gonflaient leurs seins et le vaisseau pouvait enfin reprendre sa route.

Étendues dans leur cabine, Anne Bonny et Mary Read ne sentait pas la brise sur leur visage, mais elles avaient immédiatement su qu’elle était là. Le trop léger tangage monotone du sur-place avait subrepticement changé, créant un tiraillement familier dans leur bas-ventre. Allongées côte à côte, elles avaient sans un mot commencé à s’embrasser avec fougue, couvrant leurs corps de baisers et de caresses plus avides maintenant que l’action approchait et que la nonchalance qui les avait saisies auparavant s’effaçait.

Anne avait fini par basculer au-dessus de sa compagne au corsage déboutonné qui révélait un poitrine blanche strié de marque de bronzage d’un brun tanné là où la chemise ne la couvrait jamais ; les mamelons eux conservaient leur bancheur et leur douceur originelles, et Anne aimait passer ses lèvres dessus comme elle l’aurait fait d’une pêche duveteuse. Mais elle aimait également la peau plus dure des bras et du corsage de Mary, cette peau qui ressemblait tant à la sienne et qui criait leur liberté dans un monde où les autres femmes étaient séquestrées dans des corsets qui les empêchaient de respirer et de bouger à leur guise.

Comme Anne prenait un des seins aimés en bouche, sa main glissa vers le con humide et brûlant de son amante. De ses doigts agiles, elle fit gémir Mary au rythme de doux frottements à l’orée de son antre qu’elle finit par pénétrer avec ardeur.

Comme les deux femmes l’avaient pressenti, une tempête approchait et le roulis se fit plus fort. Et comme toujours, les éléments déchaînés faisaient naître en elles un désir plus grand encore. Anne rythmait désormais ses mouvements de va-et-vient en fonction du tangage qui gagnait à chaque instant en intensité tandis que Mary hurlait son plaisir sans se soucier un instant des autres membres de l’équipage qui, de toute manière, savaient qu’il ne valait mieux pas déranger les deux femmes au cours de leurs ébats de début de tempête.

Dans la cabine assombrie, Anne ne distinguait plus tout à fait le corps de sa douce mais ses autres sens s’enflammaient. Un éclair déchira le ciel, révélant Mary tremblante, haletante et moite au bout de sa main plongée en elle. Sa belle l’agrippa avec force pour l’embrasser avec passion et la faire basculer à son tour sur l’étroite couchette qu’elles partageaient. Couvrant Anne de baisers humides et ardents, elle la dévêtit entièrement pour enfouir son visage entre ses cuisses tout en lui présentant sa propre croupe. Grisées pour le roulis devenu violent, les deux amantes s’entre-dévoraient goulûment. Au bord de l’extase, Mary se saisit de leur jouet préféré, un double godemichet déniché sur un négrier spécialisé dans le transport de filles. Avec cet accessoire, elle pouvait s’étreindre pleinement et jouir à peu près en même temps. Elle l’utilisait toujours lors de leurs ébats tempétueux, le roulis accentuant la pénétration de l’objet et stimulant leurs sens à l’extrême.

Le tonnerre noya leurs derniers cris alors qu’un flot se déversait de leurs alcôves les plus intimes. Après cette petite mort, Anne et Mary se sentaient prêtes à affronter même la pire des tempêtes.

Texte : Ruichan

VinegarTeaPirateIllu : VinegarTea

 

Catégories
Non classé

Du Q

Juste pour le plaisir des yeux ! Merci Aube (cliquez donc, son travail est merveilleux ! )
AubeDuQok