Archives de catégorie : Non classé

#Metoo, et après on fait quoi ?

J’ai bien envie de partager ce site avec vous…
Ils’appelle Après#Metoo.com et il propose des outils et sources d’information pour se remettre en question et faire reculer le sexisme.

Sa particularité c’est que cette fois, il ne s’agit pas de témoignages d’agressions, il ne s’agit pas de choquer, mais de partager son introspection afin de montrer qu’il est possible de changer.

Peut être cet accompagnement en douceur aidera certain·e·s à avancer dans la déconstruction de leur éducation sexiste ?

Affaire à suivre !

#metoo

Qu’est ce que c’est ?

Depuis quelques jours, nous avons vu fleurir sur les réseaux sociaux une séries de hachtags ayant pour but de montrer au monde le nombre ahurissant de victimes de harcèlement, de violences, de viols… Des victimes qui souvent, osaient dire pour la première fois qu’elles aussi, ont déjà vécu ce genre de choses. Certains sont tombés de haut en découvrant l’ampleur du problème.

Qu’est ce qui mérite d’être dénoncé ?
Cette démarche n’a pas pour vocation de juger de la gravité d’une situation, ou d’une douleur. Du coup, il est vrai qu’il peut s’agir autant du pire des viols que du simple fait de se faire siffler dans la rue.
Mais n’oublions pas que si ce petit sifflement pris isolément est anodin, ce qu’on lui reproche, c’est son côté systématique et le fait que souvent il dérape vers des insultes. Ce climat général qui fait qu’une femme ne peut marcher tranquillement dans la rue.  Vivre dans l’insécurité permanente n’est pas normal et c’est très grave !

Les hommes peuvent participer ?
Des hommes se font violer, battre, harceler et ce n’est pas moins abjecte que quand la victime est une femme…
Mais là, peut être qu’il ne faut pas se concentrer sur les viols en eux même, par exemple, mais sur le fait qu’a cause du sexisme, une femme sur dix sera violée au cours de sa vie, parce que dans les esprits, les hommes peuvent disposer d’elles comme ils l’entendent.
Pour traiter correctement un soucis, il est préférable de ne pas être trop généraliste. A vouloir faire tout en même temps, on ne fait rien efficacement…
On a déjà tellement de mal a en expliquer les tenants et aboutissants du féminisme, si on doit élargir à plus de problématiques, on est foutu

Beaucoup d’opposants…

Comment elles étaient habillées ?
La plupart des victimes étaient habillées tout à fait normalement. Beaucoup en pantalon, avec un pull, rien de bien aguichant !
Qui plus est, quand bien même une femme se baladerait dans la rue en guêpière, vous auriez le droit de trouver cette tenue discutable et vous pourriez ne pas souhaiter sortir vêtu ainsi vous même. Mais cela ne vous donnerait EN AUCUN CAS le droit d’agresser physiquement ou verbalement cette personne et encore moins le droit de la violer.

Et les allumeuses ?
Figurez vous que toute personne a le droit de vouloir du sexe à un moment donné et finalement, plus tard, de ne plus en avoir envie.
S’arrêter en plein préliminaires ou même en plein acte, je reconnais que ça demande des efforts. Pourtant, tout le monde est en droit de changer d’avis et vous DEVEZ respecter le consentement de votre partenaire.

Pourquoi elles ne parlent que maintenant ?
Suite à une agression, la victime peut :
– Ne réaliser la gravité du préjudice que plus tard
– Avoir honte, ou peur de la personne, ou de perdre son travail
– On culpabilise presque systématique les victimes, au point qu’elles même se demandent si elles sont coupables (spoiler : non)
– Ne pas du tout avoir envie d’y repenser
– Moins de 2% des plaintes donnent lieu à des condamnations… ça ne donne pas très envie de se battre pour un combat quasi perdu d’avance.
Avec le nombre de victimes qui ont osé parler, nous nous sommes toutes senties soutenues, plus fortes. L’envie de faire quelque chose pour que ça cesse est devenue plus forte que la honte et la peur.

Et les fausses accusations ?
Il y en a sans doute un peu… mais il est clair que ça reste très minoritaire et qu’il y a beaucoup plus de victimes qui se taisent que d’innocent pénalisés à tors !

La promotion canapé, elles n’étaient pas fâchées de l’avoir !
C’est vrai, elles ont fait un choix : Celui de pouvoir payer leur loyer, avoir un poste digne de leurs compétences, au lieu de se retrouver au chômage ou au SMIC malgré leurs diplômes… Oui, elles auraient pu refuser, mais elles ont beaucoup à perdre !
Personnellement je n’appelle pas ça un consentement : c’est du chantage ! La personne qui a mal agis dans cette situation, c’est le supérieur !

C’est une chasse à l’homme !
Jusqu’ici, c’était les femmes, les proies ! Il ne s’agit pas de chasser les hommes comme ils l’ont fait avec les femmes, mais de dénoncer le sexisme afin qu’hommes et femmes puissent vivre avec plus d’harmonie !

Moi je ne suis pas comme ça !
Il n’a jamais été question de dire que TOUS les hommes sont d’atroces violeurs ! Si vous n’avez jamais violé, tant mieux, mais ça n’est pas parce que VOUS êtes innocent que les femmes ne sont pas des victimes, et qu’elles n’ont pas le droit de dénoncer le sexisme.

– Un viol est déclaré toutes les 40 minutes
– 91 % des victimes sont des femmes.
– 96 % des auteurs de viol sont des hommes
– La plupart des agressions sur les hommes, sont commises par d’autres hommes. Les cas les plus fréquents se retrouvent dans la pédophilie ou le viol en prison.
– 1 femme sur 10 sera violée au cours de sa vie, la quasi totalité a vécu du harcèlement ou une agression…

Soyons franc, il ne peut pas n’y avoir que 3 sales types dans le monde…
Là, il est temps de vous remettre en question : Avez vous déjà fait un compliment déplacé qui a mis mal à l’aise une femme ? Avez vous fait des blagues sexistes ? Avez vous déjà fait comme si vous n’aviez rien vu alors qu’un homme tripotait une femme contre son gré ?
Si vous avez déjà fait ou laissé faire quelque chose du genre, alors vous avez contribué à enraciner le sexisme dans notre société. (Ceci vaut autant pour les hommes que pour les femmes, qui peuvent être aussi se montrer sexistes !)

Tout ça va trop loin !
Ah ? Vous pensez qu’on abuse quand NOUS trouvons que toutes ses violences vont trop loin ?
Mettons ça sur le compte de la saturation : ça en fait beaucoup à intégrer d’un coup. Une « révélation » trop subite…
Soufflez un bon coup, prenez le temps de réfléchir à tête reposée, et demandez vous où se trouve réellement la limite entre ce qu’il faut faire, et ce qui va trop loin. L’égalité, le respect, la justice et la sécurité, est ce vraiment TROP demandé ?

Un espoir ?

Une prise de conscience.
Vous aviez vu les chiffres, mais ça n’était pas parlant. Aujourd’hui, peut être que vous voyez plus concrètement qu’il y a un problème, et son ampleur… Personne n’est parfait. Nous avons tous été élevés dans une société où l’homme a des pulsions soit disant irrépressibles et où la femme doit faire profil bas… Il faut que nous déconstruisions tout ça.

Introspection :
Pour commencer :  Savez vous vraiment faire la différence entre drague, harcèlement et agression ?

Prenez le temps de réfléchir à ce que vous avez pu dire ou faire. Regardez si vous avez de mauvaises habitudes que vous pouvez changer. Il peut s’agir de blagues douteuses, de gestes intrusifs, peut être êtes vous parfois trop insistant malgré un refus… Ces petites choses ne vont pas changer votre vie, mais elles peuvent faire une grande différence pour les femmes !

Efforcez vous de ne pas remettre en question tout ce que disent les victimes ! Ne les culpabilisez pas ! Tentez de vous montrer bienveillant.

Vous assistez à une situation anormale ? Intervenez ! Le simple fait d’être là, de montrer qu’on en a pas rien a faire suffit à mettre fin à la quasi totalité des harcèlements !
Parfois, il s’agira d’une de vos connaissances qui dépasse les bornes… Ce n’est pas facile, mais tentez de lui expliquer que son comportement est inapproprié !

Ohé, moussaillon !

Aujourd’hui, nous te souhaitons une bonne Journée Internationale du Langage Pirate !

TK-Pirate

Illu : TyKayn

Roulis

Le vent s’était enfin levé. Après quatre jours de calme plat, les voiles gonflaient leurs seins et le vaisseau pouvait enfin reprendre sa route.

Étendues dans leur cabine, Anne Bonny et Mary Read ne sentait pas la brise sur leur visage, mais elles avaient immédiatement su qu’elle était là. Le trop léger tangage monotone du sur-place avait subrepticement changé, créant un tiraillement familier dans leur bas-ventre. Allongées côte à côte, elles avaient sans un mot commencé à s’embrasser avec fougue, couvrant leurs corps de baisers et de caresses plus avides maintenant que l’action approchait et que la nonchalance qui les avait saisies auparavant s’effaçait.

Anne avait fini par basculer au-dessus de sa compagne au corsage déboutonné qui révélait un poitrine blanche strié de marque de bronzage d’un brun tanné là où la chemise ne la couvrait jamais ; les mamelons eux conservaient leur bancheur et leur douceur originelles, et Anne aimait passer ses lèvres dessus comme elle l’aurait fait d’une pêche duveteuse. Mais elle aimait également la peau plus dure des bras et du corsage de Mary, cette peau qui ressemblait tant à la sienne et qui criait leur liberté dans un monde où les autres femmes étaient séquestrées dans des corsets qui les empêchaient de respirer et de bouger à leur guise.

Comme Anne prenait un des seins aimés en bouche, sa main glissa vers le con humide et brûlant de son amante. De ses doigts agiles, elle fit gémir Mary au rythme de doux frottements à l’orée de son antre qu’elle finit par pénétrer avec ardeur.

Comme les deux femmes l’avaient pressenti, une tempête approchait et le roulis se fit plus fort. Et comme toujours, les éléments déchaînés faisaient naître en elles un désir plus grand encore. Anne rythmait désormais ses mouvements de va-et-vient en fonction du tangage qui gagnait à chaque instant en intensité tandis que Mary hurlait son plaisir sans se soucier un instant des autres membres de l’équipage qui, de toute manière, savaient qu’il ne valait mieux pas déranger les deux femmes au cours de leurs ébats de début de tempête.

Dans la cabine assombrie, Anne ne distinguait plus tout à fait le corps de sa douce mais ses autres sens s’enflammaient. Un éclair déchira le ciel, révélant Mary tremblante, haletante et moite au bout de sa main plongée en elle. Sa belle l’agrippa avec force pour l’embrasser avec passion et la faire basculer à son tour sur l’étroite couchette qu’elles partageaient. Couvrant Anne de baisers humides et ardents, elle la dévêtit entièrement pour enfouir son visage entre ses cuisses tout en lui présentant sa propre croupe. Grisées pour le roulis devenu violent, les deux amantes s’entre-dévoraient goulûment. Au bord de l’extase, Mary se saisit de leur jouet préféré, un double godemichet déniché sur un négrier spécialisé dans le transport de filles. Avec cet accessoire, elle pouvait s’étreindre pleinement et jouir à peu près en même temps. Elle l’utilisait toujours lors de leurs ébats tempétueux, le roulis accentuant la pénétration de l’objet et stimulant leurs sens à l’extrême.

Le tonnerre noya leurs derniers cris alors qu’un flot se déversait de leurs alcôves les plus intimes. Après cette petite mort, Anne et Mary se sentaient prêtes à affronter même la pire des tempêtes.

Texte : Ruichan

VinegarTeaPirateIllu : VinegarTea

 

Spectacle de poésie érotique par Nicolas Raccah

Raccah-remyfonder

Il n’y a pas que Sade ou 50 shades of grey dans la vie, la fin du moyen âge est une ère remplie de CULture comme Nicolas Raccah nous l’a fait découvrir dans son spectacle : « Petit traité du plaisir qui met oubli à la mort ».

Entre le théâtre, la poésie et les contes, cet acteur s’est intéressé de près à la poésie érotique du 15e et 16e siècle. Parmi les choses surprenantes, nous avons appris qu’au 15e siècle, le sexe et la religion font plutôt bon ménage. Dieu et le plaisir cohabitent sans soucis dans des textes qui peuvent être publiés dans des recueils généraux sans choquer personne. Continue reading “Spectacle de poésie érotique par Nicolas Raccah” »

radio Qzine, the roof is on fire

le point commun entre shakira et les Village people? C’est la playlist sexy que vous allez pouvoir écouter en open bar sur qzine!
Essayez donc, elle est juste à droite des articles et accompagnera votre quête de CULture.
shakira dans les fleurs, omaygad
les village people super sexy
source photo de shakira photo des ymca
Je ne vous garantit pas que ça soit la bonne playlist a mettre pour sexer, vous êtes prévenus. Enjoyez bien!