Archives par étiquette : bisexualité

Une deuxième première fois

Zopiak-Yaoi1
Mes chers amis lecteurs, puisque ce fanzine est l’endroit idéal pour raconter de belles histoires, les pages suivantes seront le boudoir accueillant de mes confidences libertines.

Le récit que je vais vous livrer, s’il est récit d’une découverte, ne sera pas pour autant empreint de candeur, je n’ai rien de l’Eugénie fraîchement déniaisée, je tiendrai plutôt du jeune faune… Mais venons en aux faits : je vais vous livrer le témoignage de la première fois que j’ai couché avec un homme.

Un ami d’amis rencontré il y a quelques années. Il m’a toujours plu et ce malgré ma timidité farouche qui a néanmoins la fâcheuse tendance à disparaître avec l’absorption de grandes quantités d’alcool. Nous nous sommes souvent taquinés mais les obligations de couple de l’un ou l’autre nous ont toujours empêché de conclure.
Ce soir là, je venais d’arriver à Toulouse, ville que j’avais abandonnée pour des raisons estudiantines, et je passais une soirée chez des amis. Alors que les festivités battent leur plein, l’interphone sonne, je décroche et reconnais la voix. A peine le bellâtre arrivé, le jeu de séduction commence. Nous passons notre temps à nous bouffer du regard, à nous sourire, à nous rapprocher. Immanquablement nous nous embrassons.

J’ai déjà embrassé des garçons mais là, c’est particulier. Je me sens bien avec lui. Nous nous échappons rapidement de cette fête pour poursuivre chez lui. Le chemin a été rudement long, entrecoupé d’embrassades passionnées…

Enfin dans ta piaule! C’est dans l’antre de la bête que mon piège se referme et que je vais consentir à le laisser me dévorer. Que le festin commence!

A peine la porte fermée, il se jette sur moi, mange ma bouche, aspire mes lèvres, tète la sève de mon désir qui suinte par les commissures. Plaqué au mur, je suis la vilaine bête, prise dans les filets d’une araignée qui marche lentement vers son triomphe, l’eau à la bouche.

Sa jambe se place entre mes cuisses et il plaque sa hanche juste à cet endroit chaud qui se gonfle sous l’effet du désir. Il lève mon marcel jusqu’au dessus de ma tête de sorte que mes bras soient encore empêtrés dans le vêtement. Dans cette posture vulnérable, mon buste lui est offert, il l’attrape dans ses mains, me bouffe le cou, lèche ma sueur, descend de sa langue dardée dans mes poils, amuse mes tétons. Le nez plongé dans sa crinière, j’inspire une grande bouffée d’air pour m’emplir de son parfum, baisse la tête pour tenter de mordiller une oreille.

Tandis qu’il s’occupe de dévêtir mon cul, je me sépare de mon marcel. Ses mains enlacent mon bassin, il embrasse mon sexe.

Zopiak-Yaoi3

Mon cœur bat, ma respiration est saccadée, haletante. Je lui ôte son tee-shirt et ramène sa bouche contre la mienne. Nous nous embrassons tendrement, encore une fois avant de nous bouffer du regard. Je me noie un instant dans ses iris bleutés que je distingue à peine dans la pénombre, il me sourit de sa bouche finement ciselée. Je comprends que nous sommes deux à attendre ce moment depuis des mois. Nous, finissons de nous dévêtir vite pour gagner le lit.

Une aura diffuse de douceur émane de ce corps de danseur, de ses épaules, ses bras fins et dessinés, de ses mains…Pas de hanches qui ressortent… Pas de seins dodus à attraper… Une silhouette plus ferme que celle des femmes, sculptée… Différemment.

Je suis sans repère, mais pas sans suite, je m’habitue vite à l’étrangeté de ce corps inconnu et trouve rapidement où mettre mes mains.

Alors que je suis allongé contre lui, j’attrape son sexe d’une main qui se veut ferme pour cacher l’hésitation de la premier fois. Je sens entre mes doigts que sa verge est plus grosse que la mienne, et ce touché m’est étrange : j’enserre un sexe d’homme qui n’est pas le mien, une hampe inconnue à ma main, douce et chaude, différente.

L’excitation efface vite la maladresse de mes gestes. Je veux sa bite dans ma bouche, dans mon cul!

Alors j’enjambe son corps pour me placer dessus, le chevauche, l’embrasse dans le cou, remonte jusqu’à son lobe pour glisser au creux de son oreille
“ encule moi ”.

Il me sourit et tente d’attraper le nécessaire sur une étagère à coté du lit, gêné par le poids de mon corps sur le sien. Je mords son bras et attrape préservatif et lubrifiant avant lui.

Dans ce tumulte, j’ouvre l’emballage avec les dents et, d’une main pose la capote sur le bout de son sexe. Mes doigts descendent d’un geste jusqu’à la base de sa hampe, l’habillent comme on roule un bas sur la jambe d’une femme. Lui, passe deux doigts entre mes fesses. Etale le liquide qui me surprend, m’arrache une contraction des muscles… C’est froid! J’en prends un peu dans mes mains pendant qu’il amuse mon petit trou et, de cette main qui prend de plus en plus d’assurance, je lubrifie son sexe dans un geste masturbatoire.

Zopiak-Yaoi2

Je me laisse tomber, m’empale sur cette pointe qui entre d’un coup, vif, tant il écarte mes fesses. Il m’arrache une inspiration bruyante.

J’ai eu mal qu’il entre en moi sans me préparer. Il le voit, m’attire dans ses bras pour me serrer contre lui. Je m’y abandonne. Je sens dans mon cul dilaté cette verge chaude qui appuie sur ma prostate.

La douleur est passagère et mon cul commence déjà à s’agiter. J’ai faim de lui, il est en moi et c’est bon, terriblement excitant. Je sens ma bite qui coule sur son ventre, dans ses poils. Je me redresse, le chevauche en amazone. Je donne des coups de reins. Ça tire, ça chauffe, j’ai des fourmis dans tout le bas ventre. Je découvre ce plaisir qui m’est inconnu. Je remue de plus en plus fort. Contracte mes muscles pour la sentir bien en moi, la serrer bien fort pour n’en perdre une miette. Je pose mes mains sur son torse, pince ses tétons. Il gémit. Je suis dans un état terrible.

Je me vois à la place de ces filles qui s’empalent sur moi m’offrant les mouvements mutins de leurs seins qui rebondissent au rythme du va et vient, m’offrant leur fesses à saisir, à griffer… Cette pensée est très grisante. C’est moi qui chevauche mon bel étalon, c’est moi qui commande et je le vois dans son regard, je retiens ses mains, serre ses poignets . Je me demande bien comment on peut se dire “ passif ” dans une telle situation.

Je m’arrête, le fixe droit dans les yeux, l’embrasse et, le visage contre le sien, lui demande “ prends moi à quatre pattes ”.
Il se place derrière moi, m’intime l’ordre de me cambrer bien et, quand il décide que mon cul lui est bien offert, il revient en moi. Entre d’un coup, mais cette fois-ci, sans douleur. Je découvre de nouvelles sensations. Je n’ai plus la maîtrise sur le mouvement, la pénétration est plus forte, plus… De plus en plus… Je le sens plaqué sur ma chair, étant dans une mezzanine, il est obligé d’être collé contre moi, me caresse, embrasse mon dos, me lèche. Je me surprends à gémir, de plus en plus fort.

Une sensation de plaisir inconnu monte en moi. J’ai de moins en moins le contrôle. Je tremble, me contracte. Je défaille. C’est trop bon. Il me lime rudement. Je suis étourdi quand soudain quelque chose me traverse depuis le fond de mes entrailles. Un choc électrique, nerveux, qui remonte le long de l’épine dorsale. Tout se contracte, plusieurs fois.

Mes gémissements deviennent des cris que j’étouffe en mordant l’oreiller. J’ai chaud, je tremble comme une feuille et, de mon sexe coule la sève. J’ai joui par le cul pour la première fois.

Encore vacillant, je le sens qui se retire. Je le pousse à s’allonger de nouveau, sur le dos. Sa bite est toujours dressée.

Je lui ôte le préservatif pour le finir avec ma bouche. Je veux découvrir la sensation qu’ont les filles qui prennent mon sexe dans leur bouche. Je veux qu’il jouisse là! Je lèche minutieusement, mordille, aspire son sexe profondément, de toute sa longueur.
De ma main droite, j’attrape ses couilles, les caresse. Ma langue ne les délaisse pas non plus, les amuse de son bout pointu, j’y dépose mes lèvres, aspire la peau, revient vers son sexe. Il m’attrape par les cheveux, sa main se referme avec fermeté, ses hanches bougent forçant ma bouche à être pénétrée jusqu’au fond.

Je pompe sagement, attendant mon dû avec gourmandise. Je sens qu’il va défaillir. Il me le dit dans un râle abandonné et je continue de plus belle. Son autre main saisit le drap, se crispe, il gémit. Son corps s’arque, ses muscles se contractent et il décharge dans ma bouche, me remplit de sa semence.

Malgré un haut le cœur de surprise, j’avale fièrement cette manne masculine que je lui ai arrachée sauvagement. Le goût surprend autant que peut surprendre le sexe d’une femme que l’on lèche pour la première fois. Il faut que je boive…

Une fois rassasiés de sexe et d’eau fraîche, nous nous lovons l’un contre l’autre dans son cocon de luxure. Je l’embrasse dans la nuque, il tire mes mains contre son ventre, je serre dans mes bras mon bel amant. Nous nous embrassons encore avant que la fatigue ne vienne nous cueillir là, dans ce délicieux désordre que je n’oublierai jamais.

Texte: Solune, illus : Zopiak.


les sondages Qzine ont aussi un questionnaire sur l’orientation sexuelle auquel nous vous invitons à répondre pour avoir une meilleure vue d’ensemble sur les différentes orientations sexuelles existantes.